Télécharger le Manuel complet

Retourner au sommaire

Télécharger ce chapitre en PDF

a-3 - élaboration d’un plan de cours[1]

1- Qu’est-ce qu’un plan de cours?

    C’est un document qui précise :
  • la place de l’unité d’enseignement dans le programme, en lien avec les compétences ciblées du programme ;
  • les résultats d’apprentissage visés par cette unité d’enseignement ;
  • les méthodes d’enseignement ;
  • les modalités d’évaluation ;
  • la bibliographie.

L’étudiant est le premier interlocuteur visé dans un plan de cours[2].

2- Comment structurer un plan de cours?

Un plan de cours pourrait contenir les rubriques ci-dessous :

I. Présentation de l’unité d’enseignement

Cette section situe l’unité d’enseignement dans l’ensemble du programme.
Elle devrait répondre à la question suivante : quelle est la contribution de ce cours dans le développement des compétences visées par la formation?
Elle signale, au besoin, les pré requis nécessaires.

II. Coordonnées principales

Cette section porte sur des données factuelles, notamment :

  • Nombre de crédits ECTS
  • Horaire du cours
  • Langue d’enseignement
  • Nom de l’enseignant
  • Coordonnées et disponibilités de l’enseignant

III. Résultats d’apprentissage

Dans cette section sont précisés les résultats d’apprentissage ciblés dans cette unité d’enseignement.

    L’énoncé d’un résultat d’apprentissage contient 3 éléments :
  • un sujet : l’étudiant ;
  • un verbe d’action évaluable qui décrit le comportement attendu chez l’étudiant ;
  • un contenu, objet de l’apprentissage.

Les résultats d’apprentissage sont formulés dans une perspective d’apprentissage, c’est-àdire centrés sur l’étudiant, et non dans une perspective d’enseignement qui décrit ce que l’enseignant souhaite faire.

IV. Contenu, séances et méthodes

Cette section doit permettre à l’étudiant de comprendre la nature et le déroulement des activités d’enseignement-apprentissage pour assurer l’atteinte des résultats d’apprentissage visés[3].

Le tableau ci-dessous pourrait être adopté :

Résultats d’apprentissage Séances Contenu Méthodes d’enseignement
       
     
     
       

V. Évaluation des acquis

Cette section présente les modalités et les critères d’évaluation des acquis des étudiants, ainsi que la pondération dans la note finale.
Elle devrait permettre à l’étudiant d’établir des liens entre l’évaluation et les résultats d’apprentissage.

VI. Bibliographie

La bibliographie met en évidence les écrits les plus importants concernant le domaine du savoir en question, compte tenu du niveau de formation de l’étudiant.
Elle signale les lectures fortement conseillées ainsi que les lectures complémentaires, et inclut les publications numériques.

Exemple d’un plan de cours[4]:

015UE1M3 - Management appliqué aux établissements scolaires.

I. Présentation de l’unité d’enseignement

Cette matière est proposée aux étudiants inscrits au Master professionnel en «Gestion scolaire».
Elle contribue au développement de la compétence «Gérer l’établissement scolaire de façon efficace, proactive et participative».
Les pré requis exigés : Matière : «Fonctions en jeu dans la gestion d’un établissement scolaire» et stage d’observation.

II. Coordonnées principales

  • Nombre de crédits : 3
  • Horaire du cours : 1er semestre; lundi de 17h à 18h30
  • Langue d’enseignement : Français
  • Nom de l’enseignant : XYZ
  • Coordonnées et disponibilité de l’enseignant : lundi de 16h à 17h

III. Résultats d’apprentissage

  1. Choisir une approche de management cohérente avec la culture de l’établissement.
  2. Identifier les composantes relatives à un poste de responsabilité.
  3. Identifier les différentes fonctions managériales dans l’établissement.
  4. Adopter un leadership adapté.

IV. Contenu, séances et méthodes

Résultats d’apprentissage Séances Contenu Méthodes d’enseignement
1. Choisir une approche de management cohérente avec la culture de l’établissement 1 1. Fonctions dans la gestion d’un établissement scolaire
2. Lien entre ces différentes fonctions
1. Brainstorming à partir des acquis du stage d’observation
2. Exercice en binômes : schématiser les liens existants.
3. Mise en commun et Synthèse
2 1. Définition et composantes de la culture de l’établissement scolaire
2. Identification des facteurs influençant la culture institutionnelle d’un établissement
3. Explicitation du facteur relatif au management
1. Exposé interactif
2. Exercice individuel à partir du rapport d’observation
3. Mise en commun
4. Échange autour des facteurs d’influence, en insistant sur le facteur «mode de management»
3 1. Identification des différentes écoles de management
2. Réflexion sur les enjeux économiques, sociaux, ... engagés dans le choix d’un mode de management
1. Exposé interactif.
2. Travail en sous-groupes à partir de l’exposé et de documents complémentaires.
3. Mise en commun et synthèse
4 1. Choix d’une approche de management.
2. Défense argumentée du choix effectué
1. Travail dans les mêmes sousgroupes, à partir des connaissances acquises dans les séances précédentes
2. Présentation et échange
3. Synthèse
2...      

V. Évaluation des apprentissages

L’évaluation porte sur un travail personnel contrôlé - TPC qui constitue 100% de la note finale.

Le travail est individuel. Il vise la mobilisation des apprentissages dans un contexte professionnel précis: terrain de stage passé ou potentiel, terrain professionnel actuel, ou autre.

    Il consiste en un rapport de 10 à 13 pages :
    Son objet est le développement d’un cahier de charges managérial, selon les exigences suivantes :
  1. Présentation de l’établissement scolaire : (1-2 pages), 10% de la note.
  2. Présentation et analyse du poste de responsabilité : (1-2 pages), 10% de la note.
  3. Analyse du système managérial : points forts et points à améliorer en lien avec les exigences du poste et avec la culture institutionnelle (1-2 pages sous forme d’un tableau de synthèse), 30% de la note.
  4. Proposition d’un nouveau cahier de charge tenant compte des résultats de l’analyse effectuée. Justification et étayage théorique des choix en termes d’approche et de style de management : (3-5 pages), 40% de la note. (bibliographie à mettre à la fin du document)
  5. Réflexion personnelle sur les acquis aux niveaux personnel et professionnel (utilité, usage possible; etc.) (1-2 pages), 10% de la note
    Travail à remettre le 2 décembre 2013, en deux versions:
  • Numérique :....
  • Papier : au secrétariat,

VI. Bibliographie

  1. AUBERT N. (dir), (1996), Diriger et motiver. Secrets et Pratiques. Éditions d’organisation.
  2. HELFER J-P., KALIKA M., ORSONI J. (2004), Management. Stratégie et organisation. Editions Vuibert.
  3. PERETTI J-M. (2002), Ressources humaines. Éditions Vuibert. 5ème édition.
  4. SEKIOU, BLONDIN, FABI, BAYAD, PERETTI, ALIS, CHEVALIER. (2001), Gestion des ressources humaines. Éditions De Boeck Université. 2ème édition.
Exemple de passage d’une logique de contenu à une logique de résultats d’apprentissage:
Plan initial
    Introduction :
  • Problématique de la réussite et de l’échec scolaires
  • Conceptions de l’apprentissage
  • 1. Axe physique de l’apprentissage :
  • Oxygénation
  • Éclairage
  • Nourriture et sommeil
  • Rythme
  • 2. Axe affectif de l’apprentissage :
  • Rôle de l’affectivité dans l’apprentissage
  • Image de soi
  • Image de la matière et motivation
  • Image de l’enseignant et relation pédagogique
  • Synthèse
Plan réajusté selon l’approche par résultats d’apprentissage
Résultats d’apprentissage Séances Contenu Méthodes d’enseignement
.......      
Mettre en oeuvre des démarches qui assurent une image de soi positive auprès de l’apprenant 7 - Structures et fonctionnement du cerveau
- Effet d’attente
Magistral interactif (power point)
- Travail de groupe
- Travail sur documents
- Synthèse
8 - Résignation apprise
- Attribution
- Compétence perçue
9 - Sentiment d’efficacité personnelle
- Variables et démarches qui développent l’image de soi positive
Travail sur questionnaire évaluant le sentiment d’efficacité personnelle
- Étude de cas
Mettre en oeuvre des démarches qui suscitent et maintiennent la motivation 10 - Concepts de «présentation de l’objet», «bon objet», «suffisamment bon»
- Concepts de «bon et de mauvais ennui», «pédagogie de l’intérêt et pédagogie de l’exercice»
- Magistral interactif (power point)
- Travail de groupe
- Travail sur documents
- Synthèse
11 - Types de motivation
- Indicateurs de la motivation
- Implications physiologiques de la motivation
12 Variables et démarches qui assurent la motivation

3- Pour en savoir plus

    Ouvrages
  • AYLWIN, U. (1994), Petit guide pédagogique. Association québécoise de pédagogie collégiale, Montréal.
  • BERTHIAUME D., REGE COLET N. (2013), La Pédagogie de l’enseignement supérieur : repères théoriques et applications pratiques. Tome 1. Enseigner au supérieur. Éditions Peter Lang.
  • BLOOM, B. S. (1969), Taxonomie des objectifs pédagogiques. Tome 1 (le domaine cognitif). Montréal, Éducation nouvelle.
  • CEFES (2000), Plan de cours et formulation des objectifs d’apprentissage. Formation pour les responsables de programmes de la FEP, Centre d’études et de formation en enseignement supérieur, Université de Montréal, Automne.
  • CEFES (2001), Élaborer un plan de cours. Atelier préparé par Marie Routhier, Centre d’études et de formation en enseignement supérieur, Université de Montréal.
  • CHAMBERLAND, G., LAVOIE L. et MARQUIS D. (2000), 20 formules pédagogiques. Presses de l’Université du Québec, Sainte-Foy, Québec.
  • FACULTÉ DE L’ÉDUCATION PERMANENTE (2001), Le Guide de développement de la compétence : «enseigner par compétences». Appliqué au programme révisé en gestion appliquée à la police et à la sécurité, Version 1-066-5-01, Université de Montréal, Décembre.
  • FACULTÉ DE L’ÉDUCATION PERMANENTE (2003), Balises pour l’élaboration d’un plan de cours. Université de Montréal, Mars.
  • FONTAINE, France (1989), Le Plan de cours. Service pédagogique, Université de Montréal.
  • GRIPU (1993), Guide pédagogique à l’intention des professeurs, superviseurs de stages et chargés de cours en formation des maîtres. Groupe de recherche interdisciplinaire en pédagogie universitaire, Faculté des sciences de l’éducation, Université de Montréal. GUITTET A. (1995), Développer les compétences. Par une ingénierie de la formation. ESF Éditeur. 1ère édition.
  • JEWETT, T. (1971), dans R. Legendre (1993), Dictionnaire actuel de l’éducation. 2e édition, Guérin, éditeur limité.
  • KRATHWOHL, D. R., B. S. BLOOM et B. B. MASIA (1970), Taxonomie des objectifs pédagogiques. Tome 2 (le domaine affectif), Éducation nouvelle.
  • LASNIER, François (2000), Réussir la formation par compétences. Guérin, Montréal.
  • MUCCHIELLI R. (1994), Les Méthodes actives dans la pédagogie des adultes. ESF Éditeur. 8ème édition.
  • PRÉGENT, R. (1990), La Préparation d’un cours. Connaissances de base utiles aux professeurs et chargés de cours. Éditions de l’École Polytechnique de Montréal, Montréal.
  • PRÉGENT R., BERNARD H. et KOZANITIS A. (2009), Enseigner à l’université dans une approche programme. Guide à l’intention des nouveaux professeurs et chargés de cours. Presses internationales. Polytechnique.

Nada MOGHAIZEL-NASR et Rima MAWAD
2013

1- Proposition rédigée par Nada Moghaizel-Nasr et Rima Mawad, en concertation avec Jean-Marie De Ketele, à partir du document conçu par Jacques Tardif, suite au Séminaire tenu à l’USJ, en avril 2013
2- Le Centre de formation en enseignement supérieur (CEFES) de l’Université de Montréal insiste sur l’idée suivante : «[...] puisque le plan de cours ne sert pas uniquement à transmettre de l’information sur le cours mais contribue aussi à établir un climat propice à l’apprentissage, le ton adopté revêt une importance certaine. Tentez de rendre votre plan de cours non seulement clair, mais aussi invitant et motivant pour l’étudiant.» Document consulté sur le site http://www.cefes.umontreal.ca/ressources/guides/Plan_cours/ index.htm
3- Idéalement, une colonne supplémentaire pourrait être ajoutée, explicitant les tâches devant être effectuées par l’étudiant en complémentarité avec les activités pédagogiques menées dans les séances de cours. Ces tâches précisent ce qui est attendu de l’étudiant avant, pendant ou après les rencontres.
4- Exemple en continuité avec ceux des chapitres A-1 et A-2, relatifs aux référentiels de compétences et à leur croisement avec les programmes de formation.

Annexe
Taxonomie de BLOOM revisée

Les six niveaux d’habiletés Intellectuelles

1er niveau : reconnaître, se rappeler :

Puiser dans sa mémoire à long terme des données factuelles.

Exemples :
  • Nommer certains événements historiques en les accompagnant des dates
  • Reconnaître et entourer les bonnes réponses

2ème niveau : comprendre :

Démontrer sa compréhension en établissant des liens significatifs entre ce que l’on se rappelle et une nouvelle tâche.

Exemples :
  • Établir des liens entre ce qui est déjà connu et la nouvelle tâche
  • Trouver des exemples (donner un exemple d’oeuvre d’art qui relève du mouvement cubiste
  • Convertir une connaissance d’une forme à une autre
  • Distinguer le vrai du faux (V/F; QCM)
  • Résumer
  • Faire des prédictions simples (Que pourrait-il se passer si l’on changeait cette étape? Cette caractéristique? Cet ingrédient?)
  • Construire des modèles d’organisation de données
  • Faire des comparaisons simples
  • Expliquer les causes et les effets simples

3ème niveau : appliquer :

Appliquer ses connaissances ou sa compréhension à un exercice pratique en transférant une procédure apprise à une tâche familière ou non.

Exemples :
  • Démontrez votre habileté à présenter vos découvertes avec le programme Power Point
  • Trouvez l’origine de ...
  • Cherchez une information sur ...

4ème niveau : analyser :

Fractionner ses connaissances sur un sujet en composantes et démontrer les liens unissant les parties entre elles et avec le tout.

Exemples :
  • Reconnaître l’information la plus pertinente et la plus importante
  • Distinguer les faits des opinions
  • Distinguer les liens de cause à effet les plus complexes
  • Organiser les parties d’un tout en système ou en structure
  • Déterminer les points de vue, les perspectives, les opinions et les intentions sous-jacentes
  • Organiser les données ou l’information en tableaux, diagrammes, cartes d’organisation d’idées ou en les utilisant pour analyser

5ème niveau : évaluer :

Excercer son jugement, détecter les éléments inappropriés et manquant de logique, démontrer son esprit critique.

Exemples :
  • Détecter des faussetés ou des incohérences (Est-ce que les conclusions de cet historien ou homme de science sont logiques, compte tenu de l’information fournie? ou relève-ton des incohérences dans le discours, l’histoire, l’argumentation?)
  • Déterminer les problèmes qui doivent être résolus (Quels sont les problèmes que pourrait causer la surpopulation? Quelles solutions devraient être apportées à cette situation? Pourquoi?)
  • Porter un jugement adéquat sur l’efficacité ou sur la qualité de certains produits, procédures, arguments, modèles, théories, conclusions (Quelle est l’efficacité de ce régime alimentaire? Classez ces arguments du plus fort au plus faible. Évaluez une oeuvre d’art, un essai, une présentation, une performance musicale à l’aide d’une grille de critères.)

6ème niveau : créer :

Niveau le plus complexe et le plus stimulant sur le plan intellectuel.

Exemples :
  • Produire un objet, une idée, une solution ou un processus nouveau ou original résultant d’une approche unique ou d’un regroupement inédit des éléments (le résultat doit répondre à des critères spécifiés à l’avance et aux exigences de la tâche.)
  • Élaborer un plan détaillé, étape par étape, pour produire un objet, un projet, une solution à un problème, un projet de recherche ou un essai, un nouveau jeu (écrire une proposition détaillée pour un projet de technologie ou une oeuvre importante en art visuel; composer une trame musicale pour un film tiré de tel livre; revoir les plans de tel édifice pour le transformer en école; produire un plan détaillé et publier un nouveau type de journal.)